Accueil Antennes Les études médicales confirment la dangerosité des antennes relais
11 millions de clients alimentent chaque jour l'industrie télecom en Belgique.
TeslaBEL ne reçoit aucune subvention. Aidez-nous à faire face... et à vous aider. Compte : BE26 0012 9484 6229 - Merci !
Visitez la page facebook de TeslaBEL : https://www.facebook.com/TeslaBEL/

Les études médicales confirment la dangerosité des antennes relais Imprimer Envoyer
Écrit par JLG   
Jeudi, 24 Novembre 2011 10:27

(21/11/11) Le mois dernier, l'Association Santé Environnement France, qui réunit plus de 2.500 médecins, a lancé une enquête pour évaluer l'impact des antennes-relais sur la santé des riverains. Aujourd'hui, l'association publie les résultats. Le doute n'est plus permis.


Acouphènes, troubles du sommeil, défauts de concentration : une enquête réalisée dans les Bouches-du-Rhône par l'association santé Environnement France (ASEF) relève des troubles supérieurs à la normale chez de nombreux riverains d'antennes-relais.

Cette enquête diligentée par des médecins relance la polémique sur l'installation de ces antennes et leur dangerosité pour la santé des personnes qui vivent à proximité.

Le reportage à Aix et Aubagne de Laurent Gauriat auprès des habitants à proximité d'antenne relais. 

Ecoutez l'interview du Dr Patrice Halimi ainsi que de riverains d'antennes (2 min) :

Et l'on reparle des antennes relais des nuisances liées aux émetteurs de téléphonie mobile notamment. L'Association Santé Environnement France a mené une enquête dans les bouches du rhône et le rapport laisse apparaître des troubles largement supérieurs à la normale chez les riverains ; cela se traduit par des acouphènes, des troubles du sommeil, un défaut de concentration, aussi, de quoi relancer la polémique sur l'installation de ces antennes et sur leur conséquences pour la santé des gens qui vivent à proximité. C'est un reportage de Laurent Goria (L.G.).

En octobre des médecins de l'association on fait remplir des questionnaires de santé à 143 locataires de HLM à Aix et Aubagne, dans des immeubles dont les toits accueillent ces fameuses antennes. Le Dr Patrice Halimi, secrétaire général de l'ASEF, dévoile les résultats, ils sont inquiétants. :

  • On a 3 fois plus de bourdonnements d'oreille chez ces gens, que dans la population normale.
  • On a le double de troubles du sommeil.
  • On a 27% de ces gens qui se plaignent de troubles de la concentration, alors qu'il n'y en a que 4% dans la population normale.
  • Et le pire c'est que quand ils partent en vacances, il y en a 83% pour qui ces troubles disparaissent."

L.G. :"Alors ces locataires ont subi ces antennes?"

Dr. P.H. :"Exactement, ce sont des gens captifs puisqu'on ne leur a pas demandé s'ils voulaient avoir une antenne, on ne les a même pas informés, ils ne peuvent pas partir, on est d'accord, ce sont des habitations à loyer modéré, donc ce sont des gens qui bénéficient de ces appartements, donc en fait, ils sont condamnés à subir."

L'enquête a été menée dans deux cités; celle de la Pirette à Aix en Provence et celle du Général à Aubagne. C'est là qu'habite André Pariolo ; il explique ce que les antennes relais, 6 sur le toit de son immeuble, provoquent chez lui. "J'ai des maux de tête, des sifflements, bourdonnements d'oreille. Quand on s'en va, déjà, ça disparaît, et pour mon épouse, c'est exactement la même chose. Donc il y a eu cette enquête, et nous sommes passés chez les gens, bien sûr ; beaucoup, beaucoup ont ce problème-là, c'est récurrent. Même aux alentours, nous avons rendu visite à des riverains, on a un bâtiment qui est à 10 mètres, c'est pareil. On prend des médicaments, ça part pas comme ça quand même. Ces maux, surtout les maux de tête, ça peut durer 3 ou 4 jours, c'est embêtant. Puisqu'on en parle, en ce moment, je les ai (ndlr ces maux de tête)."

Cette enquête corrobore des études réalisées en Pologne, en Egypte et en Autriche, elle n'est pas exhaustive en tous cas ; elle fait ressortir que ces locataires n'ont aucun recours, seuls les propriétaires peuvent dire non à l'installation d'antennes. Marseille, Laurent Goria, France Info.

Pour le professeur en cancérologie Dominique Belpomme, enseignant à l'université Paris-Descartes, directeur de l’Institut de recherche européen sur le cancer et l’environnement (Eceri) et président de l’Association pour la recherche thérapeutique anticancéreuse (Artac), "il est clair qu'il y a un lien entre les différentes pathologies énnoncées et l'environnement.(...) Six études internationales montrent qu'il y a un lien entre exposition prolongées aux champs électromagnétiques et maladie d'Alzheimer.

Et d'ajouter que, "heureusement, le stade est réversible." Mais le professeur met également en garde : "Il faut que les pouvoirs publics prennent conscience de la gravité de la situation et fassent qu'on n'installe plus une antenne à côté d'une crèche ou d'une école".

Le cancérologue Dominique Belpomme, met en garde les pouvoirs publics : "le lien est établi entre environnement et maladie". 

 

Ecoutez l'interview du prof. Belpomme sur le site de France Info (4 min)

Cliquez ici poir les détails de l'enquête

Lecture
Partager

Cliquez ici pour la transcription de l'interview du prof. Belpomme

 

Mise à jour le Jeudi, 26 Janvier 2012 16:33