Un débat très animé, organisé par notre regretté Pierre Debeffe à Aubange en 1993, est à l’origine de notre association. Jean-Marie Danze et Daniel Comblin, experts scientifiques en ligne haute tension faisaient face à ceux d'Electrabel. Concernés par des lignes à haute tension, Pierre Debeffe à Aubange et Jean Delcoigne à Frasnes-lez-Anvaing restèrent ensuite en contact. Ils créèrent deux ans plus tard l’association Teslabel, dont le nom rappelle l’unité de champ magnétique et la Belgique, mais diront certains, est aussi une allusion au distributeur historique d’électricité… et du champ magnétique associé. Visitez aussi notre page facebook facebook.com/TeslaBEL


Evitez une surexposition aux ondes durant une pandémie Imprimer Envoyer
Écrit par Eric   
Lundi, 20 Juillet 2020 23:09

(20/7/20-2/8/20) Le conseil vient du Professeur/Docteur en physique et parlementaire européen du Parti écologiste démocratique suisse Klaus Buchner. Alors que l'IBPT vient d'autoriser 5 opérateurs (moyennant finances) de soumettre tous les citoyens belges à une surexposition aux ondes par la 5G, pour Klaus Buchner, "il est prouvé que la propagation des virus est favorisée par ces rayonnements". Il se base sur plusieurs études scientifiques ci-dessous, montrant l'ouverture des canaux calciques sous l'effet des rayonnements, et montrant d'autre part que cette ouverture fait entrer les virus dans les cellules. www.stop5g.ch/post/ondes-electromagnetiques-et-systeme-immunitaire + Question de sept parlementaires à ce sujet et "réponse" de la CE

Ondes électromagnétiques (RNI) et système immunitaire : il vaudrait mieux éviter une surexposition aux ondes durant une pandémie. La pandémie du CovID-19 a pris naissance dans la ville chinoise de Wuhan, qui a été l'une des premières villes au monde à être équipée des trois bandes de fréquences pour le nouveau standard de téléphonie mobile, et qui est donc exposée à un niveau de radiations élevé. Coïncidence ou non? Klaus Buchner, membre du Parlement européen pour le Parti écologiste démocratique : "Il peut être exclu avec certitude que le virus corona ait été causé par les rayonnements non ionisants (RNI) émis par la téléphonie mobile. Mais il est prouvé que la propagation des virus est favorisée par ces rayonnements ». En intensifiant les rayonnements, on risquerait donc de favoriser la pandémie.

En effet, avant même la crise sanitaire de début 2020, l'effet des RNI sur le système immunitaire avait été étudié [1]. Les résultats semblaient initialement contradictoires. Cependant, on s'est vite aperçu que les contradictions pouvaient être facilement expliquées : les rayonnements à court terme stimulent le système immunitaire, alors que les rayonnements à long terme l'inhibent. On sait, en particulier pour les virus, comment ces radiations favorisent leur propagation et affaiblissent ainsi l'effet du système immunitaire : les ondes électromagnétiques ouvrent les canaux calciques voltage-dépendants (VGCC), ce qui favorise la réplication des virus. Cela a même été confirmé expérimentalement pour un autre coronavirus, un proche parent du coronavirus actuel [2]. Cela ouvre même la possibilité d'une thérapie avec des médicaments qui bloquent ces canaux calciques. Des études cliniques ont été menées, notamment dans le cas de la pneumonie, qui démontrent que cette méthode permet de guérir à un stade précoce [3]. Le professeur Buchner recommande de réduire autant que possible l'exposition à ces rayonnements, c'est-à-dire de se passer de téléphones sans fil, de WLAN (WiFi), de Bluetooth, de compteurs intelligents et de passer les téléphones et autres appareils mobiles en mode avion.

Le mécanisme d’action des dommages cellulaires dus aux effets non-thermiques des ondes électromagnétiques est confirmé : «EMF Effect via Voltage Gated Calcium Channels» [Dr. Martin Pall] Ceci a été confirmé par 17 études différentes, et intervient à des niveaux très inférieurs aux normes Le péroxynitrite produit des radicaux libres, incluant le radical hydroxyl et le NO2. Cette augmentation des radicaux libres mène à l’inflammation, au stress oxydatif, et endommage les structures cellulaires, y compris l’ADN. Les ondes EM n’endommagent pas directement les cellules, mais elles dérangent le métabolisme cellulaire. Les radicaux libres produits, par contre, causent le dommage aux cellules.

Un très bon résumé complet est donné par Martin Pall : 5G as a serious global challenge - health risks of mobile radio. Brochure 12 de la série de brochures de l'initiative "Compétences" ISBN 978-3- 9820686-0-2

Article de synthèse : Xingjuan Chen, Ruiyuan Cao et Wu Zhong : canaux et pompes à calcium de l'hôte dans les infections virales. Cellules 2020, 9, 94. doi:10.3390/cells9010094 Titre original anglais : « Host Calcium Channels and Pumps in Viral Infections » (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31905994) Institut de recherche médicale, Northwestern Polytechnical University, Xi'an 710072, Chine ; Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. Centre national de recherche en ingénierie pour les médicaments d'urgence, Institut de pharmacologie et de toxicologie de Pékin, Pékin 100850, Chine Correspondance : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. (R.C.) ; Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. (W.Z.) Publié : 30 décembre 2019

Résumé : Le Ca 2+ est essentiel pour l'entrée du virus, la réplication des gènes viraux, la maturation des virions et la libération. L'altération de l'homéostasie du Ca 2+ des cellules hôtes est l'une des stratégies que les virus utilisent pour moduler les mécanismes de transduction des signaux des cellules hôtes en leur faveur. Les canaux et les pompes perméables au calcium de l'hôte (y compris les canaux calciques voltage-dépendants, les canaux à réserve, les canaux à récepteur, les canaux ioniques à potentiel récepteur transitoire et la Ca 2+ -ATPase) assurent la médiation du Ca 2+ à travers la membrane plasmique ou les organelles subcellulaires, modulant le Ca 2+ libre intracellulaire. Ces canaux ou pompes à Ca 2+ présentent donc des aspects importants de la pathogénèse virale et de l'interaction virus-hôte. Il a été signalé que les virus détournent les canaux ou les pompes de calcium de l'hôte, perturbant l'équilibre homéostatique cellulaire du Ca 2+ . Une telle perturbation est favorable au cycle de vie des virus tout en induisant la morbidité des cellules hôtes. Des preuves ont été apportées que le ciblage pharmacologique du canal calcique ou la libération de calcium par le réticulum endoplasmique (RE) peut entraver le cycle de vie des virus. Empêcher l'homéostasie intracellulaire anormale du Ca2+ induite par le virus devient une stratégie utile dans le développement de puissants médicaments antiviraux. Dans la présente étude, les canaux et pompes à calcium cellulaires comme cibles d'attaque des virus sont mis en évidence.

1] El-Gohary OA, Said MA : Effect of electromagnetic waves from mobile phone on immune status of male rats: Possible protective role of vitamin D. Can J Physiol Pharmacol 2017, 95, 151-156. doi :10.1139/cjpp-2016-0218. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27901344

2] Bai D, Fang L, Xia S, Ke W, Wang J, Wu X, Fang P, Xiao S : Porcine deltacoronavirus (PDCoV) modulates calcium influx to favour viral replication. Virology 2020, 539, 38-48. doi : 10.1016/j.virol.10.011. [ www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31670218 ]

3] Zheng L, Hunter K, Gaughan J, Poddar S : Preadmission Use of calcium channel blockers and outcomes after hospitalization with Pneumonia : A Retrospective Propensity-Matched Cohort Study. On Ther. 2017, 24(1):e30-e38. www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26280292

Szmigielski S. : Reaction of the immune system to low-level RF/MW exposures. Science of the Total Environment 2013 ; 454-455:393-400. doi : 10.1016/y.scitotenv.2013.03.034

télécharger le pdf :
8e435998-566c-484c-a9c9-961b8d747e25.filesusr.com/ugd/12550c_dc1add6570954599b8d081dce158688a.pdf

 

Le Dr Klaus Buchner a introduit une question parlementaire à ce sujet, avec six autres députés, le 24-4-2020 :

Question P-002498/2020
De : Michèle Rivasi, Klaus Buchner, Ivan Vilibor Sinčić, Anja Hazekamp, Eleonora Evi, Piernicola Pedicini, Ivo Hristov
Objet: La 5G, le virus et l’effet immunodépresseur de l’exposition prolongée aux ondes électromagnétiques de radiofréquence
A : Commission Européenne
Degré : Urgent

Des études scientifiques montrent qu’une courte exposition aux ondes radio renforce le système immunitaire, mais qu’une exposition prolongée l’affaiblit. Ces deux effets ne sont pas contradictoires. Le mécanisme en cause est particulièrement bien compris et a été étudié dans de nombreux articles de recherche (1) (2) (3) (4) : les ondes radio ouvrent les canaux calciques des membranes cellulaires et augmentent la concentration en radicaux libres.

L’ouverture des canaux calciques crée un environnement très favorable à la réplication des virus. Certains virus ouvrent en effet des canaux calciques pour pouvoir se répliquer. Cela a même été démontré dans le cas du coronavirus delta porcin (PDCoV) (5).

La propagation des infections virales est probablement accélérée par l’exposition aux ondes radio. Il faut tenir compte de ce cofacteur dans l’analyse de la pandémie actuelle, au même titre que la pollution de l’air et le tabagisme.

1. La Commission a-t-elle tenu compte de l’effet immunodépresseur de l’exposition prolongée aux ondes électromagnétiques de radiofréquence avant de promouvoir la 5G et d’autres technologies similaires entraînant une exposition considérablement plus importante?

2. La Commission a-t-elle envisagé que l’exposition aux ondes électromagnétiques de radiofréquence pouvait accélérer la réplication des virus?

3. Quel organe consultatif présente à la Commission les données utiles concernant les effets des ondes électromagnétiques sur la santé?

références :
1 Voir par exemple, El-Gohary O.A. and Said M.A., ‘Effect of electromagnetic waves from mobile phone on immune status of male rats: Possible protective role of vitamin D’, Canadian Journal of Physiology and Pharmacology , 95, Canadian Science Publishing, Ottawa, 2017, p. 151-156.
2 Szmigielski S., ‘Reaction of the immune system to low-level RF/MW exposures’, Science of the Total Environment , Elsevier, Amsterdam, 2013, p. 454-455.µ
3 Johansson O., ‘Disturbance of the immune system by electromagnetic fields – A potentially underlying cause for cellular damage and tissue repair reduction which could lead to disease and impairment’, Pathophysiology, 16, Elsevier, Amsterdam, 2009, p. 157–177.
4 Yakymenko I et al., ‘Oxidative mechanisms of biological activity of low-intensity radiofrequency radiation’, Electromagnetic Biology and Medicine , 35(2), Taylor and Francis Online, London, 2016, p. 186-202.
5 Ponnusamy R., Moll R., Weimar T., Mesters J.R., Hilgenfeld R., ‘Variable oligomerization modes in coronavirus non-structural protein 9’, Journal of Molecular Biology , 383, Elsevier, Amsterdam, 2008, p. 1081-1096.

https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/P-9-2020-002498_FR.html


Voici la réponse de Stella Kyriakides Commissaire de la santé ...le 10-7-2020

"La Commission a mandaté son comité scientifique indépendant des risques sanitaires, environnementaux et émergents (1) pour évaluer les éventuels risques pour la santé susceptibles d'être associés à l'exposition aux champs électromagnétiques. Le comité a émis cinq avis (2) dont aucun ne justifie une révision des limites fixées par la recommandation 1999/519/CE du Conseil (3) Cette recommandation du Conseil suit une approche de précaution: les limites d'exposition du public comprennent un facteur de réduction de 50 par rapport aux seuils d'effets néfastes sur la santé afin de tenir compte de la variabilité biologique, des incertitudes et de la variation des facteurs externes.

La question fait néanmoins l'objet de recherches constantes. Les limites fixées par la recommandation sont basées sur des lignes directrices indépendantes de la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (4) qui tiennent compte de toutes les études scientifiques pertinentes. Suite à la récente révision de ces lignes directrices publiée le 24 mars 2020 (5) la Commission réévalue actuellement la situation, en collaboration avec le comité scientifique et, si nécessaire, avec le mécanisme d'avis scientifique (6). Cette réévaluation inclura notamment un bilan approfondi des données scientifiques actuellement disponibles.

Les réseaux 5G devraient utiliser des cellules plus petites avec des niveaux de puissance plus faibles et donc des niveaux d'exposition plus faibles que les (grandes) cellules existantes dans les réseaux 4G. L'exposition globale avec le déploiement des réseaux 5G devrait être comparable aux niveaux existants et rester nettement inférieure aux limites de sécurité sanitaire pour l'exposition du public définies au niveau international et recommandées au niveau de l'UE. La 5G utilisera aussi généralement des puissances d'émission plus faibles dans des bandes de fréquences qui sont déjà utilisées depuis longtemps pour d'autres applications."

références :
1 https://ec.europa.eu/health/scientific_committees/scheer_en
2 https://ec.europa.eu/health/sites/health/files/scientific_committees/emerging/docs/scenihr_o_041.pdf
3 Recommandation 1999/519/CE du Conseil, du 12 juillet 1999, relative à la limitation de l'exposition du public aux champs électromagnétiques:
https://op.europa.eu/fr/publication-detail/-/publication/9509b04f-1df0-4221-bfa2-c7af77975556/language-fr
4 https://www.icnirp.org/
5 https://www.icnirp.org/cms/upload/publications/ICNIRPrfgdl2020.pdf
6 https://ec.europa.eu/research/sam/index.cfm?pg=about

https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/P-9-2020-002498-ASW_FR.html



Commentaire de Teslabel :

Il ne s'agit pas d'une réponse aux questions posées. La CE n'a nullement mandaté le SHEER pour ces questions. La commissaire fait seulement référence à un mandat antérieur de 2013 à 2015 au Scenihr (devenu Sheer) à propos de généralités sur les effets des CEM. Or entretemps le comité scientifique auquel elle fait référence a émis des craintes à propos de la 5G :
www.teslabel.be/avis-officiels/414-sheer-ce-risques-deffets-sanitaires-de-la-5g

Elle se base aussi sur les recommandations de l'ICNIRP dont on peut raisonnablement douter de la neutralité d'esprit de ses membres :
www.teslabel.be/outils/462-icnirp-neutre-et-independant-

Un facteur de réduction de 50 "par rapport aux seuils d'effets néfastes sur la santé afin de tenir compte de la variabilité biologique, des incertitudes et de la variation des facteurs externes" est évidemment gravement insuffisant. Faisons l'analogie avec le poids supportable pour un ouvrier du bâtiment, qui serait sommairement établi à 50 kg; pour tenir compte qu'il existe des gens plus faibles, peut-on demander à toute la population de porter désormais un sac de 1 kg, 24 heures sur 24, tous les jours de leur vie ?

Pour se donner bonne conscience sans doute, la commissaire précise que les recherches doivent se poursuivre. Mais des recherches qui se poursuivent après la mise en route de leur objet (en l'occurence : la 5G, les rayonnements électriques) sont en fait égales à des expériences de laboratoire sur toute la population : on met tout le monde dans un grand four à micro-ondes et on observe ce qui se passe. C'est tout à fait contraire aux conventions internationales qui interdisent des expériences sans le consentement éclairé des sujets.

Mme Kyriakides veut donner l'impression que le niveau global d'exposition ne va pas augmenter avec la 5G, parce que les antennes seront moins puissantes. Mais elle se garde bien de préciser qu'il y en aura beaucoup plus et que l'on ne va pas supprimer les anciennes normes 2G, 3G, 4G.  Le nombre d'objets connectés (également émetteurs) est aussi en train d'exploser.  En conclusion, l'exposition moyenne va encore plus fortement augmenter, exposition à laquelle sont soumis en pratique la toute grande majorité des citoyens, à longueur de journée ...et de nuit, donc bonne chance pour trouver un sommeil réparateur, pourtant absolument indispensable pour éviter ou faire face aux maladies et aux infections !!!

Enfin, notons que le mari de la Commissaire de la santé Stella Kyriakides est président d'une filiale de Monaco Telecom. Mais bien sûr, il existe des femmes fortes qui ne se laissent pas influencer par leur mari.
https://ec.europa.eu/commission/commissioners/2019-2024/kyriakides_en#transparency

 

Mise à jour le Dimanche, 09 Août 2020 14:40