Un débat très animé, organisé par notre regretté Pierre Debeffe à Aubange en 1993, est à l’origine de notre association. Jean-Marie Danze et Daniel Comblin, experts scientifiques en ligne haute tension faisaient face à ceux d'Electrabel. Concernés par des lignes à haute tension, Pierre Debeffe à Aubange et Jean Delcoigne à Frasnes-lez-Anvaing restèrent ensuite en contact. Ils créèrent deux ans plus tard l’association Teslabel, dont le nom rappelle l’unité de champ magnétique et la Belgique, mais diront certains, est aussi une allusion au distributeur historique d’électricité… et du champ magnétique associé. Visitez aussi notre page facebook facebook.com/TeslaBEL


Etudes prouvant la nocivité des antennes-relais Imprimer Envoyer
Écrit par Eric   
Mardi, 06 Août 2019 08:05

(6/8/19) Ci-dessous des études épidémiologiques sur les riverains d'antennes (cobayes humains), ainsi que des études de laboratoire à des expositions comparables à celles subies par les riverains. Il est politiquement correct d'affirmer que le gsm est plus dangereux, mais celui-ci est un choix, tout le monde n'en a pas, et les utilisateurs peuvent moduler leur exposition, l'éteindre la nuit par exemple. Par contre dans les lieux publics, les gsm des personnes qui vous entourent sont dangereux pour vous aussi (dans les transports bondés, grandes surfaces, restaurants etc.), et vous ne pouvez que les subir. Le gsm des autres et les antennes, c'est la téléphonie passive. Les études ci-dessous montrent bien qu'elle est une atteinte à l'article 23 de la Constitution qui garantit un environnement sain pour tous.

 

 
2018. Une étude montre qu'après prélèvements sanguins chez des riverains exposés de 1 à 1,7 V/m, leur ADN était endommagé et se réparait trop peu, surtout chez ceux exposés pendant plus de 5 ans.  Ce qui peut finalement entraîner des cancers. La durée d'exposition est donc plus importante que l'intensité (en restant sous les normes bien sûr), comme cela a été maintes fois constaté en biologie !
 
Ramazzini, 2018. Trois fois plus de schwannomes chez les rats exposés à 5 V/m (en 1,8 Ghz), cela confirme l'étude NTP, mais à des intensités nettement moindres et une durée d'exposition plus longue. Les chercheurs demandent donc à l'OMS de classer les rayonnements gsm en cancérigènes certains (nb y compris ceux des antennes-relais)
 
Université de Kurukshetra, Inde, 2016. Altération de l'ADN des lymphocytes chez les riverains d'antennes-relais
 
Université de Dallas, 2016. Une étude sur des rats confirme les douleurs ressenties par des patients ayant subi des lésions nerveuses ou une amputation, lorsqu'ils sont exposés aux antennes-relais. Rappelons que l'article 23 de la Constitution (droit à un environnement sain) vaut pour tous, sans exception.
 
2015. Une étude sur des écoliers exposés aux antennes-relais à 0,2 V/m montre que leur taux d'hémoglobine glyquée et leur risque de diabète augmentent significativement par rapport à ceux exposés à 0,09 V/m.
 
2015. Même à une intensité faible, les souris exposées attrapent des tumeurs plus nombreuses et plus graves que celles non exposées. Si l'électro-sceptique Lerchl a essayé d'invalider l'étude de Tillman (2010) en utilisant un plus grand nombre de souris, c'est raté. Non seulement il est arrivé à la même conclusion, il a dû aussi constater que même avec une exposition plus faible, cela change peu les résultats. (nb sans doute parce qu'à forte intensité, les souris n'ont pas le temps d'attraper des tumeurs...)
 
2012, Université d'Ispahan, Iran. Une étude épidémiologique montre qu'à moins de 300 mètres d'antennes-relais, plus d'habitants souffrent de nausées, maux de tête, vertiges, irritabilité, nervosité, dépression, insomnies, problèmes de mémoire et de libido.
 
2013. Une étude ukrainienne sur des cailles montre une augmentation significative de radicaux libres s'ils sont exposés à des rayonnements gsm 900 mhz de 1 V/m pendant 158 à 360 heures. Ces rayonnements provoquent stress oxydatif et dommages oxydatifs à l'ADN des cellules embryonnaires.
 
2013, Inde. Le gouvernement admet un possible lien entre cancer et exposition aux antennes-relais, après une enquête sur des riverains décédés, et diminue l'intensité permise.
 
2013, Université Jules Verne et Ineris.Les rats exposés à des rayonnements comparables aux antennes-relais subissent de nombreux désagréments : ils évacuent moins bien leur chaleur corporelle, mangent plus, et ont un sommeil de moins bonne qualité. Les rats souffriraient-ils aussi de nocebo (1) ?
 
2012, Suisse. Des scientifiques ont essayé de résoudre une énigme très énigmatique : dans une ferme, un grand nombre de veaux sont nés avec des cataractes nucléaires après qu'une antenne GSM eut été érigée à proximité. 3,5 fois plus de cataractes que la moyenne ! En vain, la cause est restée inexpliquée...Mais au moins, ils n'ont pas avancé la ritournelle du nocebo !
 
2011, Le Caire, Centre National de Recherche. Une étude a suivi des riverains d'antennes gsm pendant 6 ans : des prélèvements sanguins réguliers ont conclu à des modifications significatives de la production d'hormones (thyroïdiennes notamment).
 
2011, France. Des médecins de l'Association Santé Environnement ont questionné les riverains d'antennes-relais : ils souffrent notamment 2x plus d'insomnies, 3x plus d'acouphènes et ont 7x plus de difficulté de se concentrer, que la moyenne des Français... Beaucoup étaient locataires, et n'ont donc pas pu s'opposer aux antennes, ni eu le pouvoir de déménager, ni reçu l'argent de la location des antennes... Il n'est pas beau le socialisme moderne ? Bravo le PS ! (Il suffit de dire qu'il n'y a pas de preuve pour éluder le problème)
 
2011, Suisse. Une étude de la Faculté vétérinaire de Zurich suggère que les antennes relais gsm influencent les états d'oxydo-réduction des humeurs aqueuses des veaux et provoquent du stress métabolique. Ces veaux souffrent sûrement de nocebo, il faudrait leur appliquer la thérapie cognitivo-comportementale préconisée par Maggie de Block sur le site du ministère de la santé pour guérir les électrosensibles...
 
2011. Une analyse de plus de 100 études par l'Université de Washington, montre des effets biologiques, dont beaucoup se traduisent par des effets nocifs sur la santé, à partir de 0,7 V/m.
 
2010, Hardell, Khurana &co. Une analyse des 10 études épidémiologiques publiées sur PubMed concernant les antennes gsm montre que 8 sur les 10 indiquent des effets délétères, neurologiques ou cancérigènes, sous les normes. Il faut donc baisser ces normes.
 
2010, Augner, Oberfeld, Hutter &co. Les antennes gsm augmentent les marqueurs de stress dans la salive chez les personnes exposées. En utilisant des rideaux blindés de protection, pas de stress. 
 
2008, Clermont-Ferrrand. 10 minutes d'exposition à 5 V/m (900 Mhz) suffit aux plants de tomate pour fabriquer des molécules que l'on ne trouve normalement que dans les plants abîmés... Alerte ! Les plants de tomate souffrent de nocebo !
 
 
Etudes plus anciennes mais peut-être plus significatives car à l'époque la différence était plus grande entre les riverains et le reste de la population :
 
Naila en Bavière 2004: triplement des cas de cancers, déclarés 8 ans plus tôt, dans un périmètre de 400 m
d’une station GSM (0,2 à 1 V/m) :
 
Netanya, Israël 2004 : quadruplement des cas de cancers dans les alentours d’une station GSM (1 à 1,4 V/m) :
 
Santini, France 2001-2003 : dans un périmètre de 300 m des émetteurs GSM, 530 personnes ont présenté des états de fatigue, insomnie, maux de tête, perte de bien-être, des problèmes de concentration, etc.
  
St-Cyr école 1990-2002 11 cas inhabituels de cancer 2.5 fois supérieurs à la normale et 4 fois supérieurs pour les cancers du système nerveux central
 
Navarro/Oberfeld 2003: dans un rayon de 50 à 170 m de deux antennes GSM (0,6 à 0,9 V/m) à La Ñora, Espagne, les
symptômes sont bien plus forte que dans un rayon de 260 à 310 m (0,2 à 0,4 V/m
 
Oberfeld étude de provocation autrichienne 2008 (intensités comparables aux antennes) montre un effet sur le bien-être
 
Oberfeld, Autriche 1997-2007 augmentation significative des cas de cancers (avec une prévalence des cancers du sein et du cerveau) dans un rayon de 200 mètres autour des antennes-relais de Hausmannstätten et de Vasoldsberg
 
Navarro 2003 Effets à 0,4 V/m
 
Hutter/Kundi, Autriche, publié en 2006 : maux de tête, palpitations, problèmes cognitifs et insomnies à moins de 600 m des antennes  (0,15 à 0,7 V/m)
plus on est proche des antennes GSM, plus on constate des problèmes cardiovasculaires
Remarque : impossible d'encore reproduire une telle étude car quasi toute la population est exposée à de telles valeurs, et comme par hasard, ces problèmes de santé sont actuellement largement présents partout. Seulement des études dans des cages de Fraday (vraies ou fausses) ou sur les électrosensibles ayant fui la civilisation ou sur des indigènes non raccordés pourraient le remontrer.
 
2006, Abdel-Rassoul. Etude égyptienne sur 85 riverains d'une antenne-relais : maux de tête vertiges tremblements dépressions insomnies facultés mentales...
 
Oberfeld/Schimke, Autriche, 2005 : un émetteur GSM à 80 m d'une école de Salzburg-Mayrwies modifie les courants électriques du cerveau EEG de manière significative à une immission de 1,1 V/m. Les 12 participants ont éprouvé des problèmes de santé. En conclusion, l'école a effectué des modifications : les classes les plus exposées ont été transformées en un laboratoire et des panneaux de protection ont été installés
 
Schwarz/Kratochvil Autriche 2008 : l'UMTS ( 3G) induit des altérations génétiques génotoxiques sur certaines cellules humaines (fibroblastes), bien en dessous de la valeur SAR limite SAR, après une exposition de 24 heures à 0.05 W/kg ou 8 heures à 0.1 W/kg
 
Etude UMTS, TNO, Hollande 2003 : nuisances des rayonnements 3G non seulement pour les personnes électrosensibles,
mais aussi pour les personnes non sensibles, à une exposition aux rayonnements simulés d'antennes UMTS à max 1 V/m
 
Autres études mentionnées par l'ASEF (Association Santé Environnement, France, regroupant 2500 médecins) :
 
2004, Bortkiewicz, Pologne. Lien entre antennes relais et troubles du sommeil et de la concentration
2010, Hutter, Autriche. Lien entre antennes relais et acouphènes
 
voir aussi :
"Les antennes GSM nuisent à la santé" (titre en première page du journal Le Soir !) : analyse des études par Jean-Luc Guilmot, bioingénieur, Teslabel
 
 
(1) nocebo : ensemble de symptômes causés simplement par une peur psychologique, très prisé par d'éminents professeurs d'université, comme le Pr De Ridder, de la Gent Universiteit, ou Dr Aurengo, de l'Académie de médecine française mais aussi du Conseil d'administration de Bouygues télécom et d'EDF... pour expliquer les symptômes des riverains d'antennes gsm.
 
Mais alors, même les rats souffriraient de nocebo ? Allez, Professor De Ridder, expliquez-nous pourquoi ils préfèrent rester dans 1 V/m que dans 2 V/m...
Mise à jour le Lundi, 12 Août 2019 15:59